Bordeaux refuse une rue Frantz Fanon

Bordeaux refuse une rue Frantz Fanon

La Mairie de Bordeaux avec à sa tête l‘ancien Premier ministre français, Alain Juppé, vient de céder sous la pression de l’extrême droite française.

La commission municipale avait décidé de donner le nom du militant anticolonialiste, Frantz Fanon, à une discrète ruelle de la ville aux 250 000 habitants.

Une pétition contre cette dénomination a été lancée sur internet à cause des liens de l’écrivain tiers-mondiste avec la résistance algérienne durant la guerre d’indépendance.  

Alain Juppé a déclaré : « La dénomination des voies de notre commune doit être l’occasion de rendre hommage à des personnalités qui incarnent des valeurs partagées. ».

Le premier responsable de la ville de Bordeaux a ajouté : « Aujourd’hui, le choix du nom de Frantz Fanon suscite des incompréhensions, des polémiques, des oppositions que je peux comprendre. Dans un souci d’apaisement, j’ai donc décidé de surseoir à cette proposition. ». 

Le conseiller RN, François Jay : « La majorité d’Alain Juppé, soutenue par les élus socialistes et écologistes, en nommant une rue de Bordeaux Frantz Fanon, rend hommage à un homme qui a pris, il y a 60 ans, fait et cause avec le terrorisme algérien. ».

L’auteur des « damnés de la terre » n’a donc pas sa place dans les ruelles de Bordeaux en 2019, soixante-cinq ans après le déclenchement de la révolution algérienne.

LittératureAlgérienne.com

COMMENTS