Saliha Djebala, « Mon rêve, un festival de la poésie zénète »

Saliha Djebala, « Mon rêve, un festival de la poésie zénète »

La poétesse algérienne, Saliha Djebala, s’est exprimée au sujet de son travail artistique ainsi que sur le danger qui menace la langue qu’elle utilise dans ses poèmes, le zénète, dans un entretien accordé au quotidien liberté.

Saliha Djebala a déclaré : « Ma poésie dans ma langue est une inspiration de ce que faisais mon père. Il était poète en zénète et c’est grâce à lui que je suis venue dans ce domaine. Il m’a beaucoup aidée pour me lancer dans ce créneau dans ma langue. », elle a ajouté : « … le zénète n’est pas uniquement une langue quelconque. Elle est d’abord et avant tout, une langue, une culture, une histoire et une civilisation, un mode de vie et une identité. ».

« S’exprimer sans complexe en zénète »

Concernant le danger qui pèse sur cette langue du Sahara, la poétesse dira : « On doit cesser de voir le zénète comme une langue méprisée, mineure et sans avenir. Nous devrions nous exprimer en toute liberté et sans complexe dans notre langue… Je pense très sérieusement que lorsque deux amazighs s’expriment dans leur langue, c’est quelque chose de naturel, logique et respectable. ». 

« Mon rêve, un festival de la poésie zénète » 

Saliha Djebala a ajouté : « Cela fait des années que je compose, mais l’absence d’espace et d’opportunité pour le rendre public est un véritable problème pour nous les poètes zénètes. », avant d’ajouter : « Les responsables doivent s’intéresser à notre langue et notre poésie. Mon rêve est de voir un festival de la poésie zénète, comme tous les festivals d’expressions dans les autres langues algériennes. ».

LittératureAlgérienne.com

COMMENTS