Interview : Axxam n-dda Ali, une maison de culture

Littérature Algérienne est allé à la rencontre des hommes et des femmes qui font exister le projet d’Axxam n-dda Ali, un havre de savoir et de culture au milieu des montagnes de Kabylie, un entretien passionnant à découvrir !

L’entretien a été fait avec la participation du vice-président de l’association, Mr Adjoud Youcef, ainsi qu’avec l’animatrice de « Silence On Déclame », Yasmine Oukid.

Bonjour, pourriez-vous nous présenter votre projet ?

Adjoud Youcef : Nous sommes une association culturelle et éducative, nous donnons des cours de soutien scolaire, nous faisons du théâtre et de la musique, du ramassage et de la récupération avec Mr Amara Djili. Par ailleurs, nous avons travaillé ensemble sur le projet Yakouren 2, opération que nous allons refaire après le mois de Ramadhan. Nous organisons aussi les rencontres poétiques « Silence on déclame » chaque premier samedi du mois, et enfin nous dispensons des cours de couture traditionnelle.

Yasmine Oukid : Plusieurs artistes nous rendent visite pour animer des ateliers. Cette semaine, nous avons eu la présence de Abdeldjalil Johnny Bendiha, artiste sculpteur, il a animé un atelier confection de masque et de costume durant quelques jours.

Pourquoi avez-vous choisi le thème de l’Identité pour cette nouvelle édition de « Silence On Déclame » ?

Yasmine Oukid : C’est très simple, la fin de la 3ème édition a coïncidé avec les événements du 20 avril, et comme nous choisissons le thème de l’édition suivante le même jour, nous avons voté pour le thème de l’Identité.

Comment expliquez-vous l’engouement autour Axxam n-dda Ali ?

Adjoud Youcef : Je pense que quand on essaye de faire quelque chose de bien, les gens suivent forcement. Depuis longtemps, on travaille, on fait des efforts, sans oublier le fait que notre initiative est une nouveauté pour notre région.

Yasmine Oukid : Nous travaillons beaucoup sur les réseaux sociaux pour attirer le plus de gens possibles.

Quelle place pour la littérature chez Axxam n-dda Ali ?  

Yasmine Oukid : Nous avons mis à la disposition de nos adhérents une grande bibliothèque avec beaucoup de choix, organiser en rayons. Des livres pour les enfants, de la poésie, des manuels de travaux pratique destinés à nos adhérents et à nos invités.

Vous faites aussi des ateliers d’écriture, dites-nous en plus…

Yasmine Oukid : Nous faisons un travail pour inciter nos adhérents a développé un sens critique et ainsi leur personnalité grâce à l’écriture.

Quels sont vos futurs projets ?

Adjoud Youcef : Nous sommes en train de préparer un festival de figue sèche, une tradition propre à notre région, aussi nous allons continuer notre travail à Yakouren, nous ferons aussi de la récupération pour la revente, sans oublier notre projet agricole, toujours dans l’optique de s’autofinancer.

Pourquoi avoir choisi le nom Axxam n-dda Ali (La Maison d’Ali) ?

Adjoud Youcef : Mr. Ali est une personne originaire de Tizi-Rached résidant au États-Unis, notre président lui a demandé si nous pouvions utiliser sa maison pour y abriter une association à but culturel, il a tout de suite accepté, et il nous a dit que sa maison état à notre disposition.

Merci de nous avoir consacré du temps à répondre aux questions de littérature algérienne, un dernier mot ?

Adjoud Youcef : Je tiens à remercier le président, Mr Adjoud Farid, il est derrière l’idée de Axxam n-dda Ali et ainsi remercier tous les membres de notre association pour le travail fourni.   

COMMENTS