Lettre ouverte : Kamel Daoud interpelle Erdogan

Le romancier algérien, Kamel Daoud, vient d’adresser une Lettre ouverte au président turc, Recep Tayyip Erdoğan, hier 25 février 2018 sur le site HuffPost Algérie.

Le président de la République de Turquie, Tayyip Erdoğan, est attendu aujourdhui 26 février 2018 à Alger pour une visite d’État de trois jours.

Le ton est vite donné : « Au nom de ceux que vous avez tués, emprisonnés, torturés, Erdogan, vous n’êtes pas le bienvenu ! Non Erdogan vous n’êtes pas le bienvenu en Algérie.», ce sont les premières phrases de Kamel Daoud. L’auteur algérien a enchaîné par un rappel de l’histoire récente du pays : « Nous sommes un pays qui a déjà payé son tribut de sang et de larmes à ceux qui voulaient nous imposer leur califat…», avant d’attaquer de plein fouet le chef d’état turc : « L’islamisme qui fait votre pain a fait notre malheur et nous ne l’oublions pas et vous nous le rappelez aujourd’hui. Vous offrez non seulement votre ombre et votre aile à ceux qui veulent notre pays à genoux devant votre «Porte Sublime», mais vous incarnez aussi l’esprit contraire de notre nation…Non Monsieur Erdogan, vous n’êtes pas un homme d’aide, de lutte pour la liberté, de principes ni de «droit des peuples de disposer d’eux-mêmes» lorsqu’on voit à quels feux de mort vous soumettez les Kurdes, les opposants à votre dictature. ».

Le lauréat du prix Goncourt du premier roman 2015 a continué dans le même style le restant de la lettre : « L’histoire se rappellera des morts et prisonniers en Turquie, de la mise sous califat de ce beau pays, de vos purges et détournements, de vos avions de guerre et palais de justice selon votre justice. Des choses indignes de notre mémoire en Algérie. ».

Kamel Daoud a fini son intervention médiatique par l’image qu’il voudrait de son pays : « Nous rêvons d’une nation forte, libre, puissante, médiane et heureuse de ses racines et de ses récoltes. Acceptant les différences, la foi et la révolte, la religion comme choix, l’espoir comme devoir, la pluralité comme droit, le bonheur comme but. »

La Lettre a suscité un grand débat sur la place médiatique algérienne, les islamistes conservateurs et les libéraux s’affrontent sur les réseaux sociaux à coup de long discours (Pro/Anti) Kamel Daoud.

Ici vous pourrez lire l’intégralité de la Lettre ouverte de Kamel Daoud.

COMMENTS (1)

  • comment-avatar

    […] mois qu’un intellectuel algérien s’adresse directement à un président étranger ; Kamel Daoud avait interpellé le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, lors de son passage à Alger en février […]